« La marée. Je revois un professeur tentant de nous expliquer le phénomène. Il avait posé une serviette sur la table. La marée, disait-il, ce n’est pas cela. Et il faisait glisser la serviette d’un bout de la table à l’autre. C’est cela. Et il soulevait la serviette en la pinçant en son centre. De telle sorte que le flux et le reflux ont lieu en même temps sur tous les rivages, à Calais comme à Douvres. Et ma main qui soulève cette couverture liquide, c’est la lune qu’elle représente. Car c’est la lune qui attire à elle le flot et provoque ainsi la marée basse. Puis elle le laisse retomber, et c’est la marée haute. »

« Cette vaste et profonde respiration qui gonfle et dégonfle la poitrine du monstre glauque est le privilège de l’océan. »

Michel Tournier / Célébrations

Joindre la conversation 1 commentaire

  1. […] Largement inspiré du Larousse et de : Michel Tournier / Célébrations […]

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Le monde extérieur

Mots-clés

, , , , , , , , ,