30 novembre 2015

La planète microbienne

En examinant les êtres humains de plus près, on s’aperçoit que chacun d’eux est une petite planète. […] Nous habitons la planète Terre, et sommes nous-mêmes une planète habitée. Sous la lentille d’un microscope, nos habitants – les bactéries – sont faciles à distinguer. Ce sont de petits points lumineux sur fond de ténèbres.

Pendant des siècles nous avons concentré nos efforts sur le « grand monde ». Nous l’avons arpenté pour le mesurer, nous avons étudié sa faune et sa flore et philosophé sur la vie qui y est possible. Nous avons construit d’énormes engins et nous avons marché sur la lune.

Aujourd’hui, qui veut explorer de nouveaux continents et rencontrer de nouveaux peuples doit partir à la découverte du « petit monde » qui se trouve en nous. L’intestin est le continent le plus fascinant de ce monde-là. Aucun endroit n’accueille une telle variété d’espèces et de familles.

Le charme discret de l’intestin / Giulia Enders

Traduit de l’allemand par Isabelle Liber

Joindre la conversation 1 commentaire

  1. […] Sources : Le charme discret de l’intestin / Giulia Enders (1) – (2) […]

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Mécaniques du corps