23 janvier 2016

Photographe

Personne qui prend ou qui donne, selon qu’elle travaille en mode prédateur ou créateur.

La photo-prédation, mode de travail très répandu, consiste à s’emparer d’un sujet – sur le vif –.

Le photo-prédateur, reporteur parcourant les rues, paparazzi escaladant les haies, part bien souvent seul en chasse, armé non d’un fusil mais d’un troisième œil.

L’œil du cyclope.

Prêt à s’ouvrir et se refermer aussitôt sur ce qu’il a vu.

Juste assez de temps pour éblouir la pellicule, immense et aveugle rétine, qui ne verra qu’une fois mais n’oubliera plus.

C’est ainsi, au gré des opportunités, à la sauvette, que le photo-prédateur remplit son appareil de réalités.

A leur vue, il CHARGE / VISE / et CAPTURE.

Rentré dans son antre, il les dévore / les digère /

Pour ne restituer que son seul point de vue.

——————————————————-

C’est là la grande différence avec la photo-création.

A la famille des chasseurs qui prennent sur le vif, s’oppose la famille des chasseurs qui prennent – sur le temps –.

Le temps de la rencontre.

Ce temps qui consiste, pour effrayant que cela paraisse, à affronter le regard du photographié.

Dès lors, la prise de vue, au-delà de la maîtrise technique, doit faire avec mille possibilités supplémentaires :

Séduction / Confrontation

Surprise / Colère

Peur / Amusement

Satisfaction vaniteuse / Provocation.

La photo reflètera, quoi qu’il advienne, cette attitude du photographié devant le photographiant.

N’est-ce pas ce contact qui est le plus émouvant dans la prise de vue : « la légère souffrance qu’éprouvent, ensemble et à des pôles opposés, celui qui se sait photographié et celui qui sait / qu’on sait / qu’il se livre à un acte prédateur. »

N’est-ce pas trois éléments qui font le triangle du feu : combustible, comburant et énergie d’activation.

La cigarette, l’air, ET, l’allumette /

Le gaz, l’air, ET, l’étincelle /

Voilà ce qui fait le triangle de la photo-création : le photographe, l’appareil, ET, le photographié.

——————————————————-

Que ne nous promet pas alors, comme dimension schizo-artistique,

ce nouvel auto-photographe /

même affublé d’un nom si laid ;

selfiste.

 

Sources : Michel Tournier (1) / (2) / (3)

© Maximilien Icart

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

P

Mots-clefs

, , , ,