23 août 2016

Tortillons de vase

Ce qui compte, c’est la marche, c’est la course avec ces tortillons de vase qui se glissent entre les orteils, c’est surtout l’odeur puissante de toute cette vie dénudée, comme celle d’un corps nu dont on vient de rejeter les couvertures, une odeur pleine de fermentations, mais dont le sel et l’iode préservent la tonique pureté.

Contemplations / Michel Tournier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Le monde extérieur

Mots-clés

, , , , ,