23 août 2016

Trois rues à vivre

Un condamné s’approche de l’échafaud ; Il y a encore pour longtemps, il me reste trois rues à vivre : je vais passer celle-ci, il restera encore celle-là, puis celle où il y a un boulanger à droite… il y a encore un moment avant d’arriver au boulanger !

L’idiot / Fiodor Dostoïevski

Une autre idée sur le temps de vivre : L’évadé

Joindre la conversation 1 commentaire

  1. […] Une idée du même genre par ici : Trois rues à vivre […]

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Rester sage

Mots-clefs

, ,