21 septembre 2016

Revers de la médaille

Pour transformer des taureaux, des chevaux, des ânes et des chameaux en animaux de trait obéissants, il fallut briser leurs instincts naturels et leurs liens sociaux, contenir leur agressivité et leur sexualité, et amputer leur liberté de mouvement. Les cultivateurs mirent au point diverses techniques pour enfermer les animaux dans des enclos et des cages, les brider avec des harnais et des laisses, les dresser à coups de fouet ou de pique et les mutiler. Le domptage implique presque toujours la castration des mâles, qui empêche l’agressivité et donne aux hommes un contrôle sélectif de la procréation du troupeau.
Dans beaucoup de sociétés néo-guinéennes, la richesse d’une personne est traditionnellement déterminée par le nombre de cochons qu’elle possède. Pour éviter qu’ils ne s’enfuient, les cultivateurs du nord de la Nouvelle-Guinée leur tranchent un bout du groin. Chaque fois que le cochon veut renifler, la douleur est vive. Un cochon ne pouvant trouver de la nourriture ni même son chemin sans renifler, cette mutilation le met totalement à la merci de ses propriétaires humains. Dans une autre région de Nouvelle-Guinée, la coutume s’est imposée d’énucléer les cochons, qu’ils ne puissent voir où ils vont.

L’industrie laitière dispose de moyens propres pour forcer les animaux à se plier à ses volontés. Vaches, chèvres et brebis ne produisent du lait qu’après avoir donné naissance à des veaux, des chevreaux et des agneaux, et juste le temps d’allaiter les petits. Pour qu’elles continuent à avoir du lait, il leur faut des petits qui tètent, tout en les empêchant de monopoliser le lait. Une méthode courante, tout au long de l’histoire, a été de simplement massacrer les veaux et les chevreaux peu après la naissance, de traire la mère et de faire en sorte qu’elle retombe enceinte. C’est une technique toujours très répandue. Dans de nombreuses fermes laitières modernes, une vache laitière vit autour de cinq ans avant d’être abattue. Au cours de ces cinq années, elle est presque constamment enceinte. […]

Toutes les sociétés agricoles ne furent pas aussi cruelles envers leurs animaux de ferme. […] Les moutons élevés pour la laine, les chiens et chats de compagnie, et les chevaux de guerre ou de course bénéficiaient souvent d’un certain confort. […] Tout au long de l’histoire, des pasteurs et des cultivateurs montrèrent de l’affection à leurs animaux et prirent grand soin d’eux, de même que beaucoup de maîtres avaient de l’affection et de la sollicitude pour leurs esclaves. Ce n’est pas un hasard si rois et prophètes se disaient bergers et comparaient les attentions des dieux à l’égard de leurs peuples à celles d’un pasteur pour son troupeau.
Du point de vue du troupeau, plutôt que de celui du berger, il est pourtant difficile de se défaire de cette impression : pour l’immense majorité des animaux domestiqués, la Révolution agricole a été une terrible catastrophe. Leur « réussite » en termes d’évolution n’a aucun sens. Un rhinocéros sauvage rare au bord de l’extinction est probablement plus satisfait qu’un veau qui passe sa brève vie dans une boîte minuscule, engraissé pour donner de la viande savoureuse. […]

Ce décalage entre la réussite au regard de l’évolution et la souffrance individuelle est peut-être la leçon la plus importante qu’il nous faille tirer de la Révolution agricole.

Sapiens, une brève histoire de l’humanité / Yuval Noah Harari

Joindre la conversation 1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Histoire des hommes

Mots-clefs

, , , , , , ,