21 décembre 2016

Garde-robe animale

Le vêtement doit-il adhérer au corps comme une seconde peau et épouser étroitement tous ses reliefs, ou faut-il au contraire qu’il l’enveloppe dans une forme ample et mouvante ayant sa silhouette propre ? Le monde animal lui-même balance entre ces deux formules, puisque les écailles du serpent fournissent le modèle du collant, tandis que le plumage de l’oiseau – plus ou moins hérissé – l’entoure d’une masse légère, mobile et aérée.

Célébrations / Michel Tournier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Le monde extérieur

Mots-clés

, , , , ,