6 février 2017

Horreur du malheur

Écoute-moi, Annette. Il y a en toi une dureté qui est très compréhensible : tua s souffert si tôt et si profondément qu’il ne te reste plus que mépris pour la souffrance, tu ne veux plus en entendre parler. Tu as été à une telle école du malheur que tu as fini par avoir horreur non seulement du malheur, mais aussi des malheureux. C’est une réaction de défense bien connue, c’est ainsi du reste que la bourgeoisie, qui est après tout sortie du peuple, s’est durcie et s’est retranchée dans sa dureté…

Lady L. / Romain Gary

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Anthropologie

Mots-clés

,