4 mars 2017

Folie raisonnable

[Les patients] du professeur Antonio Damasio souffraient de problèmes d’intégration sociale, ne parvenaient pas à garder un travail ou à gérer l’argent. Mais ils ne présentaient pas de signe de psychopathie : ils avaient une intelligence normale et réussissaient tous les tests psychologiques habituels. On se demandait pourquoi ils ne parvenaient pas  mener une vie normale.

Damasio découvrit alors que ces patients n’éprouvaient pratiquement pas d’émotion. Si on leur présentait des images tristes, ils savaient bien qu’ils auraient dû éprouver de la tristesse. Mais en réalité ils ne ressentaient rien. De même avec des images de joie ou de peur. Bref, ces patients étaient devenus en quelque sorte émotionnellement insensibles.

Logiquement, on aurait dû s’attendre à ce que ces personnes prennent les décisions les plus raisonnables puisqu’ils étaient sans sentiments. […] Or, Damasio observa que c’était exactement le contraire qui se produisait. Les sujets atteints de lésions cérébrales affectant uniquement les émotions étaient beaucoup moins performants que les individus émotifs. Damasio en arriva à la conclusion que les émotions sont nécessaire à la prise de bonnes décisions.

cette découverte est proprement révolutionnaire en ce sens où l’on a toujours cru, à la suite de Descartes, que la raison devait dominer la passion. […]

Chez les organismes dotés de conscience, tels que l’humain, certaines émotions deviennent conscientes. C’est ce que nous appelons les sentiments. Ceux-ci, poussés à l’extrême, se nomment passions. Et quel est le rôle de ces sentiments et passions ? Ils permettent d’organiser les informations nécessaires à la définition de stratégies de survie et à la prise de décision. Par exemple, si un homme s’apprête à prendre une décision risquée, la peur le conduira à un choix moins dangereux. Et c’est souvent la bonne décision. […] Autre exemple : les comportements altruistes ou moraux proviennent d’émotions d’empathie. Les individus y sacrifient un avantage immédiat au profit de bénéfices ultérieurs procurés par la survie du groupe complet.

Ces fous qui nous gouvernent / Pascal de Sutter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Mécaniques de l'esprit

Mots-clefs

, ,