17 mai 2017

Cousin démodé

L’empathie, ça se travaille. Il faut au départ des aptitudes à comprendre le point de vue ou les émotions des autres. On est plus ou moins doué à ce jeu. Mais on peut toujours s’améliorer.

Écoutons encore Leslie Jamison : « L’empathie n’est pas seulement quelque chose qui nous arrive – une pluie d’étoiles filantes traversant les synapses duc cerveau -, c’est aussi un chois de notre part : faire attention, élargir le champ de notre être. Cela relève de l’effort, ce cousin démodé de l’impulsion. »

Jean-François Dortier / Comment on devient empathique… / Sciences Humaines n°293, avril 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Mécaniques de l'esprit

Mots-clefs

,