18 juin 2017

Aurore

A l’instar des quelques secondes qui séparent le tonnerre de l’éclair, l’aurore nous est offert par la nature dans sa collection « temps suspendus ».

Le phénomène, merveilleux, s’observe très précisément entre l’aube et le lever du soleil.

Tandis que l’aube appartient à la nuit, une lumière froide et blanche allongée sur l’horizon, l’aurore appartient au jour.

Le ciel se remplit soudain de couleurs chaudes, hésitant entre notes d’or et rosées, juste avant que le soleil n’en installe une autre jaune et franche, qu’on devine, elle, faite pour durer.

Victor avait saisi toute la nuance et son poème sans titre n’eut sans doute pas connu le même succès,

Sans un départ à l’aube.

Demain à l’aurore, à l’heure où rosit la campagne, je partirai.

Sources d’inspiration : Demain dès l’aube / Aube

© Sunrise / Arthur Dove / 1924

L’autre temps suspendu : inter/ # /valle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

A