La plupart des dictionnaires conviennent qu’un gros mot est grossier, c’est-à-dire cru, incorrect, indélicat, obscène, scatologique, vulgaire, et que, par conséquent, il offense la pudeur par son ignorance des codes de politesse et de bienséance ; de ce point de vue, c’est le domaine sexuel qui fournit le corpus le plus abondant : tout le monde s’accordera évidemment à dire (ou justement à ne pas dire) que « bite », « couilles », « enculé, sont de vrais gros mots.

Le petit livre des gros mots / Gilles Guilleron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Ecriture et verbe