Si vous pouviez porter vos regards sur l’être le plus endurci, le plus cruel, le plus impitoyable pendant son sommeil et au moment où il s’éveille, vous verriez en lui, durant quelques instants, l’innocence même de l’enfance. Dans notre sommeil, nous revenons à l’état de douceur pure. Nous sommes refaits à neuf, reconstitués, dans la fraîcheur de l’innocence.

Femmes qui courent avec les loups / Clarissa Pinkola Estés

Papa, vous ne trouvez pas que maman ne se ressemble pas quand elle dort ?

Vipère au poing / Hervé Bazin

L’innocence se régénère dans notre sommeil. Malheureusement, la plupart des gens la rejettent en se levant le matin, en même temps que la couverture.

Femmes qui courent avec les loups / Clarissa Pinkola Estés

© Sleeping Woman / 1913 / Kuzma Petrov-Vodkin

 

Joindre la conversation 4 commentaires

  1. Bon jour,
    L’humain porte en lui sa carapace de jour. S’il n’en était pas ainsi, il serait « dévoré » par ses congénères.
    Max-Louis

    Réponse
  2. et pour faire suite :
    Ainsi les nuits sont si fragiles, visage à découvert.:)
    Max-Louis

    Réponse
  3. Aah, les regards croisés. Passionnant exercice, qui éclaire la réalité avec une finesse inégalée 🙂

    Réponse
    • 😀 oui c’est vrai ! J’étais contente que cette question de (?) à son père (je ne me souviens plus du nom du narrateur) me revienne comme ça d’un seul coup… Ça fait l’effet d’une pièce de puzzle retrouvée alors qu’on ne savait pas qu’elle existait 😋

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

CATÉGORIE

Mécaniques du corps