C’est dans un hall de gare, à Lyon-Part-Dieu. […] Cette jeune femme est tout entière occupée par son enfant, envahie d’un amour abondant, sans réserve. Si totalement brûlée d’amour qu’elle en est lumineuse, et que son visage suffit à éclairer le restant de votre journée, tout ce temps à tuer avant le train à prendre, avant le jour de votre mort.

La part manquante / Christian Bobin

Il n’est rien de tel que l’admiration. Exulter parce qu’on se sent dépassé par la grâce d’un musicien, l’élégance d’un animal, la grandeur d’un paysage, [une jeune femme entière occupée par son enfant], c’est ce qui donne un sens à la vie.

Célébrations / Michel Tournier

Joindre la conversation 1 commentaire

  1. Deux auteurs de mon panthéon, mais que je n’aurais pas pensé à mettre en miroir. Excellente idée 🙂

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de Florence

Un rien m'amène, un rien m'anime. Un rien me mine, un rien m'emmène.

Derniers Articles par Florence

CATÉGORIE

Rester sage