Épisode réputé initial (mais il peut être reconstruit après coup) au cours duquel le sujet amoureux se trouve « ravi » par l’image de l’objet aimé (nom populaire : coup de foudre ; nom savant : énamoration). La langue a posé depuis longtemps l’équivalence de l’amour et de la guerre : dans les deux cas, il s’agit […]

Construit à partir du verbe latin radare, racler, raser. Résultat d’une opération qui consiste à ôter par raclement une parcelle d’un corps, « la raclure », petit déchet, demeure une injure forte malgré un contexte où la valorisation des déchets devient une priorité majeure. Ainsi, « espèce de raclure » conserve toute son efficacité pour afficher avec virulence son […]

Un condamné s’approche de l’échafaud ; « Il y a encore pour longtemps, il me reste trois rues à vivre : je vais passer celle-ci, il restera encore celle-là, puis celle où il y a un boulanger à droite… il y a encore un moment avant d’arriver au boulanger ! » Le dernier jour d’un condamné / Victor Hugo Fin […]

J’ai reçu une lettre de Camille. Elle aurait dû m’écrire plus tôt me dit-elle ; il y a un million d’années. Elle aurait été drôle et positive. Autre chose qu’une pauvre fille ‘dégoulinante d’ennui et de déceptions’. Sauf que Camille ne m’écrit pas quand elle va bien. Depuis 5 ans, ses nouvelles ne m’arrivent qu’au gré […]

Au jardin

Francine, enceinte jusqu’au cou, se débat avec un pied de lavande qui lui résiste. Ernest la regarde, attendri et amusé par la bataille.

 Francine : Anne-Lise. On reste sur Anne-Lise?

Ernest : On reste sur Anne-Lise.

Francine, un pied sur la bêche : On est bien d’accord ? Parce qu’on en a déjà un qui devait s’appeler Pierre et qui s’appelle Rémy.

Ernest, joueur : Tu aimais bien Rémy !

Francine : J’aimais bien Rémy mais on avait dit Pierre.

Ernest, en marmonnant : On avait dit, on avait dit…

Francine, en même temps qu’elle plante un nouveau coup de bêche : Oui, ON était d’accord. Et aujourd’hui, ON est d’accord pour Anne-Lise. D’ACCORD ?

Ernest, souriant : D’accord… On est d’accord. On est d’accord pour Anne-Lise.

Francine : Donc pas de changement à la mairie ?

Ernest, souriant toujours : Mais non… Pas de changement. Cette fois-ci on est bien d’accord.

Francine, en tentant d’arracher des deux mains son pied de lavande : On l’était déjà pour Rémy.

Ernest : Ah tu vois qu’on était d’accord pour Rémy ?

Francine, riant moyennement : Que c’est drôle… En tout cas pour cette fois on est bien d’accord. Elle s’appellera…

A cet instant, les racines du mellifère cèdent enfin. Francine bascule en arrière. Ernest a juste le temps de rattraper sa femme, ravie d’avoir gagné la bataille.

Lire la suite