– Armand, apprends-moi une chanson d’amour… – Bigre. Tu n’en as jamais appris, Annette ? – Toutes celles que je connais sont trop courte et trop tristes. Ça geint, ça se plaint, ça pleure, ça se meurt, on dirait que les gens qui les écrivent ont tous quelque chose aux poumons. Écris-moi une vraie chanson […]

La musique doit humblement chercher à faire plaisir ; il y a peut-être une grande beauté possible dans ces limites. L’extrême complication est le contraire de l’art. il faut que la beauté soit sensible, qu’elle nous procure une jouissance immédiate, qu’elle s’impose ou s’insinue en nous sans que nous ayons aucun effort  faire pour la saisir. […]

« Quand Mozart est gai, il ne cesse jamais d’être noble… Il ne songe point comme Rossini à prendre du plaisir ; il n’est pas transporté comme Beethoven par un sentiment sublime, par le violent contraste du ciel subitement ouvert au milieu d’un désespoir continu. Il songe à rendre heureuse la personne qu’il aime… et il me semble que si j’étais femme, je ne pourrais m’empêcher de l’aimer. »

Vie et opinions de M. Frederic-Thomas Graindorge / Hippolyte Taine

 

Dans le monde réel il existe des programmes détaillés, des projets visionnaires de sociétés paisibles sans conflit, promettant le bonheur à tous et pour toujours – des mirages au nom desquels les gens sont prêts à tuer et à se faire tuer. Le royaume du Christ sur terre, le paradis des travailleurs, l’État islamique idéal. […]